20 avril 2017

Parent et allocataire de l’AAH : « Je n’ai pas pu faire avec mes enfants ce dont j’avais envie. »

 

Badia Allard : « Le manque d'argent, c'est l'isolement total. Et quand vous avez une différence, c'est encore pire. On ne peut pas exister avec 800 €. » © Franck Seuret

 
 PRÉSIDENTIELLE 2017. Bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé (AAH), Badia Allard a élevé trois enfants. Un vrai défi financier car le montant de ce minimum social ne varie pas en fonction du nombre d’enfants pour les personnes n’ayant d’autres ressources que l’AAH.

 

Pour lire la note entière de Franck Seuret de Faire Face,

veuillez cliquer ici
 
Sur l’AAH, regardez également le témoignage vidéo de David Lapendry. Dans l’incapacité de travailler en raison de son handicap, il refuse d’être condamné à vivre sous le seuil de pauvreté. 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.