Cahors. Handicap et accessibilité : les suggestions des jeunes

Après avoir testé la ville, en juin, avec des personnes handicapées, les jeunes suggèrent des solutions./Photo, J.-L.G. ()

Après avoir testé la ville, en juin, avec des personnes handicapées, les jeunes suggèrent des solutions./Photo, J.-L.G.


Rien ne vaut un test grandeur nature pour évaluer les moyens mis en œuvre pour les personnes handicapées. Les jeunes l'ont fait en juin. Maintenant ils soumettent des idées applicables.

 Le handicap et le quotidien des personnes qui en souffrent ont longuement mobilisé l'équipe enseignante et les élèves du lycée agricole du Montat. Ce projet éducatif et solidaire a permis aux élèves de seconde professionnelle de découvrir ce public dans le Lot et de mettre en place des actions concrètes : activités sportives avec l'association Perce-neige de Gourdon et match avec l'équipe du XIII fauteuil de Cahors. «Le handicap nourrit des préjugés blessants, humiliants, infantilisants qui disparaissent si l'on donne aux élèves la peine d'y réfléchir et d'en parler», souligne Stéphanie Libert, enseignante qui a activement participé à cette initiative, en lien avec la ville de Cahors et notamment Noëlle Boyer, conseillère municipale.


«Les jeunes se destinant aux métiers sanitaires et sociaux désiraient mettre fin aux idées reçues et aller au-delà des simples apparences. Suite à leur expérience en fauteuil roulant dans la ville de Cahors, ces élèves ont formulé des propositions pour faciliter l'accès de la ville de Cahors aux personnes à mobilité réduite», explique Stéphanie Libert. La cité médiévale présente encore quelques lacunes criantes dans ce domaine et focalise des critiques, mais aussi des suggestions. Celles des jeunes tiennent en six points :


- Création de circuits (un touristique, un pour les achats de la vie courante, un pour les démarches administratives…)


- Création d'un label lotois et attribution de ce dernier aux commerces, aux services publics accessibles au handicap.


- Réalisation de plaquettes d'infos pour mieux circuler en ville.


- Identification des cheminements accessibles aux personnes à mobilité réduite sur le territoire du Grand Cahors

- Faciliter l'accès à l'achat de matériels plus adaptés et plus efficients.


- Mettre en place en ville un point dédié à l'entretien et la réparation des matériels des handicapés.


Ces propositions seront affinées lors de la prochaine rentrée scolaire. Par la suite, les élèves pourraient suivre des stages auprès des associations accueillant les personnes en situation de handicap.

Les projets ne manquent pas.

Ils touchent l'humain… celui à qui l'on doit tendre la main.

 

Une journée de sensibilisation pratique en projet

Lors de leurs évolutions en situation réelle, au cœur de la ville et autour de divers parcours périphériques, en présence de personnes handicapées, les élèves ont été surpris du regard des passants qui croisaient les personnes en fauteuil. L'attitude souvent gênée ou interrogative des riverains et des promeneurs a suscité une longue réflexion et une prise de conscience collective que les jeunes espèrent désormais constructive. Ils souhaitent organiser des journées de sensibilisation, mais également mettre à la disposition de personnes valides des matériels destinés habituellement aux handicapés et surtout des fauteuils afin que ceux-ci puissent appréhender les situations problématiques du quotidien auxquelles peuvent être confrontées les personnes à mobilité réduite.


De surcroît, ils désirent présenter des vidéos pour mieux identifier et connaître le handicap, favoriser la communication et la prévention auprès de tous les publics.


Article de Jean-Luc Garcia de LADEPECHE.fr

Lien permanent Catégories : Accessibilité, Handicapé 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.