Bataille de pigeons sur Facebook à propos des dépassements d’honoraires médicaux

médecin pigeons.jpgAprès "les médecins pigeons", c’est au tour des « usagers de la santé en colère » de monter au créneau sur les réseaux sociaux. « Notre Sécurité sociale, avec son système d’assurance maladie solidaire, reposait sur le grand principe : "Chacun cotise selon ses moyens et se soigne selon ses besoins". Mais ce n’est plus vrai pour nombre d’usagers de la santé ! », regrette Odile Maurin. La présidente de Handi-social a créé, vendredi 26 octobre, la page Facebook "Ni pigeons, ni dindons, juste usagers de la santé en colère" sur laquelle elle publie cette note signée par d’autres responsables associatifs.

Une réponse au mouvement initié par un chirurgien plasticien qui a créé sur Facebook, le 10 octobre, le groupe "Les médecins ne sont pas des pigeons" (photo). Il y réclame, entre autres, une revalorisation du secteur 1 qui regroupe les médecins appliquant le tarif Sécu, et du secteur 2, à honoraires libres. Ce 27 octobre, la page comptait 38 000 membres.


Trop de dépassements d’honoraires


« Qui sont les vrais pigeons, qui sont les dindons de la farce de l’accès aux soins ? Certains médecins qui se plaignent de ne pouvoir continuer à faire des dépassements d’honoraires ou les trop nombreux usagers de la santé qui n’accèdent pas, plus ou insuffisamment aux soins ? !!! », rétorquent les usagers en colère. « Pour nous, il ne doit pas s'agir de lutter contre les dépassements excessifs, mais contre tous les dépassements d'honoraires qui s'ajoutent à tous les restes à charge importants que subissent les usagers », ajoutent-ils.

L’Assurance maladie et les syndicats de médecins ont signé, le 23 octobre, un accord sur les dépassements d’honoraires. Mais il ne satisfait pas le Collectif interassociatif pour la santé qui estime que les patients sont les « pigeons de la farce ».

 D'autres médecins ont aussi créé la page Facebook "les médecins ne sont pas (tous) des vautours" afin de se démarquer des médecins pigeons et pointer les limites de cet accord pour l'accès aux soins des patients. Une sale histoire de volatiles…


Article de Franck Seuret de Faire Face

Lien permanent Catégories : Blog APF, SANTE 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.