Aides techniques : un drap contre les escarres

Escarres, draps, paraplégiques, tétraplégiques, soin des plaies, Laboratoire pour l'essai des matériaux de construction, Firme Schoeller Medica, Centre suisse des paraplégiques (SPZ) de Nottwil

Légende photo DR 


Micrographie électronique à balayage du nouveau drap avec sa surface en forme de matrice de points en relief : la structure particulière du textile offre une surface de contact plus faible avec la peau et absorbe mieux l’humidité grâce aux espaces microscopiques entres les points en relief.

Notre peau a pour fonction d’isoler et de protéger en permanence notre organisme des agressions extérieures. Elle s’acquitte de cette mission le plus souvent avec efficacité à une condition : ne pas demeurer figée et comprimée pendant de grands intervalles de temps. En effet, lorsqu’une personne reste immobile, l’humidité croissante ainsi que les forces de pression et de cisaillement provoquent des troubles de la circulation. Altérations qui pourront à terme causer des ulcérations, appelées escarres. Bien évidemment, les patients para ou tétraplégiques représentent une catégorie de personnes particulièrement sensibles à ce phénomène, tout comme ceux obligés à une longue période d’alitement. Les chiffrent parlent d’eux-mêmes : quatre paraplégiques sur cinq seront au moins une fois dans leur vie victimes d’escarres tout comme près de 50 % des patients hospitalisés.


Des draps avec moins points de contact grâce à une fibre spéciale


Des progrès incontestables ont été réalisés dans la prévention ou les soins des plaies de contact de la peau. Les solutions existantes ne donnent pas toujours entièrement satisfaction ou restent coûteuses (matelas à zones de pression alternées, par exemple). L’approche suivie et développée par lEmpa, laboratoire pour l'essai des matériaux de construction et la firme Schoeller Medica, en collaboration avec

le Centre suisse des paraplégiques (SPZ) de Nottwil (canton de Lucerne, Suisse) a abouti à une innovation associant résultat et coût modérée.


Cette dernière se démarque radicalement des fibres actuelles. Comme l’explique Siegfried Derler, chercheur à l’Empa, « notre tissu possède une surface qui forme en quelque sorte une matrice de points en relief ». Une telle structure textile présente deux avantages. D’une part, elle offre moins de point de contact et, d’autre part, la présence de vides microscopiques entre les points de la matrice permettent d’absorber l’humidité.



Pendant 18 mois (2011/2012), les experts de l’Empa et le personnel médical du SPZ ont contrôlé régulièrement l’irrigation sanguine, le rougissement, l’élasticité et l’humidité de la peau d’un groupe de test constitué de 20 volontaires paraplégiques. « Leur bien-être subjectif a été évalué par des questionnaires. Les résultats furent plus que réjouissants : les patients transpiraient moins, l’irrigation sanguine de leur peau s’était améliorée et leur bien-être était meilleur que dans des draps conventionnels », souligne Siegfried Derler.



Ainsi, l’emploi de ce tissu d’un nouveau genre prévient de manière effective l’apparition de lésions cutanées, avec des bénéfices dépassant d’ailleurs le cadre de l’hôpital pour s’étendre au domicile. Actuellement, le drap anti-escarre est soumis à des tests sévères par l’entreprise Schoeller Medical afin de vérifier son comportement après de nombreux lavages et utilisations. Si tout se déroule bien, l’entreprise prévoit de le commercialiser au printemps 2013.



Article d'O. Clot-Faybesse de Faire Face

Lien permanent Catégories : Handicapé, Matériel, SANTE 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.