Quels regards, quels gestes sur leur vie en fauteuil roulant ?

Société - Journée internationale du handicap

 

Les lycéens du Montat ont travaillé sur le thème du handicap et testé la ville de Cahors./ Photo archives, Marc Salvet.

Les lycéens du Montat ont travaillé sur le thème du handicap et testé la ville de Cahors./ Photo archives, Marc Salvet.

 

Combien faudra-il d'années et de journées internationales des personnes handicapées (le jeudi 3 décembre cette année) afin de faire prendre conscience aux collectivités locales et aux responsables de sites publics des difficultés récurrentes d'accessibilité pour celles et ceux dont les jambes se résument hélas à quatre roues sous un fauteuil ?

 

La formule est glaçante, on peut bien sûr en convenir.

 

Mais l'inaction aussi. Plus encore, car elle est souvent synonyme d'indifférence par rapport aux difficultés quotidiennes des personnes souffrant d'un handicap.

 

Heureusement, la ville de Cahors a déjà montré le chemin à suivre… en fauteuil et avec un bel ascenseur pour mieux rejoindre les étages de l'Hôtel de ville.

 

L'ascenseur monte et le moral des personnes handicapées descend devant certaines autres situations insurmontables en centre-ville.

Des élèves du lycée Clément-Marot et du Montat, partenaires de ces journées qui se veulent utiles mais aux retombées futiles, ont déjà eu l'occasion de tester l'accessibilité à Cahors et de vérifier des lacunes à gommer : trottoirs, accès limités, escaliers…

 

Jeudi, de 10 h 30 à 17 heures, ce sont les très accessibles Espace Clément-Marot et Palais des sports qui vont accueillir cette nouvelle journée internationale, la troisième du genre.

 

Elle s'articulera autour d'un programme où la Mutualité du Lot, les audiprothésistes et la CCI s'attarderont sur le thème de l'audition. Le CIDFF (Centre d'information des droits des femmes et des familles) et des élèves du lycée Clément-Marot évoqueront ensemble les discriminations.

 

L'Unafam du Lot (Union nationale des amis et familles de malades psychique) interviendra également, tandis que le service de restauration collective du Grand Cahors développera la thématique : «Voir avec les mains, reconnaître avec le nez». Le lycée du Montat fera partager ses savoirs sur l'aide à la personne.

Les kinés et le handicap temporaire

Un atelier braille, l'atelier de musique Tam Tam avec des artistes atteints de cécité et des séquences sportives compléteront ce dispositif. Un atelier kiné coordonné par l'hôpital de Cahors et le docteur Lassoued sensibilisera, quant à lui, les visiteurs sur le handicap temporaire.

Enfin, à 17 heures, un débat sur le handicap précédera l'intervention d'Hélène Ferriz et Yannick Bruneau qui s'exprimeront, à 20 heures, sur «la succession quand on est parent d'un enfant ou d'un adulte handicapé».

 

Le menu est copieux et les personnes handicapées soucieuses qu'une seule journée pour parler d'elles n'en cache pas 364 autres qui leur tournent le dos.

Lien permanent Catégories : Accessibilité, Handicapé, Logements, ERP & IOP 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.