23 avril 2016

«Un gîte pour les familles en reconstruction»

Patrice Auphand, fondateur de l'association «Notre récompense». / Photo DDM.
Patrice Auphand, fondateur de l'association
«Notre récompense». / Photo DDM.
 

Ancien infirmier urgentiste, Patrice Auphand est fondateur et dirigeant de l'association «Notre récompense», une association nationale et novatrice en France.Il s'est installé entre le Lot et la Dordogne. Interview…

 

Quel est le but de votre association ?

Elle a pour but d'accueillir en gîte des familles dont l'enfant est gravement malade. La famille est accueillie pour les vacances ou en ambulatoire. Mais, nous accueillons également des familles avec des enfants différents ou victimes de violences. Notre gîte est adapté et permet à une famille de se reconstruire. Elle a souvent été séparée pendant de longs mois par la maladie, l'hospitalisation… Cela permet de se reposer, car souvent, ces familles préfèrent ne pas prendre de vacances pour éviter de se retrouver face aux regards des autres ou par manque de force. C'est apporter un peu de sérénité, de bonheur, de répit


Qu'est-ce qui vous a donné envie de monter cette association ?

Mon histoire personnelle. Je suis papa d'une enfant malade qui, aujourd'hui, a grandi et est guérie. À l'époque, j'avais bénéficié d'un séjour dans les Alpes et cela nous avait fait beaucoup de bien. Donc, j'ai voulu rendre ce qui un jour m'a fait tant de bien

 

Que proposez-vous ?

Dans notre gîte, nous prenons le temps d'écouter, d'accueillir les familles. Nous proposons également de l'équithérapie. Nous travaillons aussi en réseau avec les membres de l'association. Elle est composée, entre autres, d'un médecin pédopsychiatre à Paris, d'une pharmacienne de Gourdon, de mon épouse et de moi-même qui sommes infirmiers. Nous souhaitons donner une réponse douce, aux violences de la vie.

 

Courriel : notre.recompense@orange.fr

Site internet : http://www.notrerecompense.org/

Facebook : https://www.facebook.com/notrerecompense?ref=settings

Les commentaires sont fermés.