19 octobre 2016

Tétraplégie : un homme récupère le toucher grâce à un implant cérébral

Grâce à un bras robotique commandé par un implant cérébral, un tétraplégique a retrouvé le sens du toucher de sa main droite. C'est ce que révèle une étude publiée dans Science Translational Medicine.

 

 Nathan Copeland et Robert Gaunt: 

video de ©University of Pittsburgh Medical Center

 

Depuis dix ans, Nathan Copeland, devenu tétraplégique après un accident, a perdu le sens du toucher. Aujourd'hui, il l'a retrouvé grâce à un système unique en son genre : un bras robotique commandé par un implant cérébral. Le jeune homme de 28 ans est le premier patient tétraplégique à avoir bénéficié de ce système, encore à l'essai, développé par une équipe de recherche de l'université de Pittsburgh qui a publié son étude dans Science Translational Medicine.


Quatre électrodes sur le cerveau

 

Le jeune homme a été opéré au printemps 2016. L'équipe médicale lui a posé quatre petites électrodes dans les régions du cerveau dédiées à la sensation du toucher de sa main droite. En stimulant directement ces zones cérébrales, les informations électriques n'ont plus besoin de passer par la colonne vertébrale pour susciter le toucher. La microstimulation du cortex sensoriel peut générer une sensation naturelle, d'après les auteurs de l'étude.

 

Il ressent le chaud et le froid

 

Les résultats sont très encourageants. Nathan Copeland réussit désormais à ressentir le chaud et le froid. Dans 93% des cas, il peut décrire parfaitement ce qu’il touche. Même les yeux fermés, il identifie plus de huit fois sur dix quel doigt a été stimulé. Ces sensations sensorielles sont sans danger, selon les chercheurs américains, et restent stables plusieurs mois. Nathan Copeland les a gardées pendant six mois.

 

Pour les chercheurs, ce n'est qu'un premier pas, l'objectif est de créer à terme "un système capable de bouger et sentir comme un bras naturel le fait", explique le Dr Robert Gaunt, responsable de l'étude

 

Article de  Laurence Moisdon d'allodocteurs.fr

Les commentaires sont fermés.