« Je me serre la ceinture pour pouvoir m’occuper de ma santé. »

 
Alexandre Bernal : « Je calcule en fonction de l'urgence : il y a des soins qu'on peut faire un petit peu plus tard parce que ce n'est pas vital ; et d'autres où c'est vital et on est obligé. » © Franck Seuret
 
PRÉSIDENTIELLE 2017. Alexandre Bernal doit faire face à d’importants restes à charge sur ses dépenses de santé. Cet allocataire de l’AAH est donc obligé de décaler certains soins. Comme de nombreux autres Français disposant de faibles ressources.
 
Pour lire la note entière de Franck Seuret de Faire Face,
veuillez cliquer ici

Lien permanent Catégories : Blog APF, Handicapé, RESSOURCES, SANTE, VIDEO 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.