Les handicapés ont-ils droit aux trains ?

Le 11 avril a été remise au président de la SNCF, Guillaume Pepy, une pétition demandant l'accessibilité des trains aux handicapés, comme le prévoit la loi de 2005. La pétition rassemble aussi bien des signatures de handicapés que de pèlerins qui craignent la suppression des voitures-ambulances dans les trains partant vers Lourdes.

Une volonté politique


Gérard Masson, président national de Handisport, le voyageur qui ne boit pas la veille d'un trajet en TGV, précise : « Mon fauteuil ne passe dans aucune porte de WC des TGV français, mais dans toutes celles des TGV japonais, construits aussi par Alstom. » Lui, qui a obtenu d'Euro Star l'aménagement des voitures pour transporter les athlètes français qui participeront aux Jeux paralympiques de Londres, n'a pas de doute : « L'accessibilité coûte cher parce que ce n'est pas une priorité pour nos politiques ».


Gérard Masson a signé la pétition à titre personnel et invité les membres de ses délégations régionales à en faire autant. Comme le frère Olivier de Saint-Martin, directeur national du pèlerinage du Rosaire : « Il faut bien distinguer la problématique des pèlerinages et celle, beaucoup plus large, de l'accessibilité des trains », objet de la pétition. Le religieux comprend la réforme des vétustes voitures-ambulances Corail et précise : « Nous travaillons avec la SNCF à un système de brancards clippés sur les sièges TGV, adaptable au Corail. » Il ajoute et s'en réjouit : « La SNCF travaille à la sous-location de voitures aménagées qui existent dans d'autres pays […] » Et conclut avec humour et foi : « Si la Vierge Marie a demandé qu'on vienne à Lourdes, elle se débrouillera pour qu'on continue ! »
A propos des pèlerinages, la SNCF confirme que les « accords Lourdes 2013-2017 sont en cours de négociation ».


En ce qui concerne le nombre de places réservées aux fauteuils roulants dans les trains neufs, elle assure appliquer la loi de 2005 : « 2 à 3 places dans les TGV, 4 places dans les trains Intercités rénovés et les Téoz. » Et précise que « les trains n'ont pas été conçus pour des voyages en groupes importants de personnes en fauteuil roulant, les procédures d'embarquement et de débarquement étant très difficilement compatibles, au-delà de 2 personnes en fauteuil, avec des arrêts de 1 à 3 mn maxi. »


Mais la SNCF sait faire ponctuellement : en 2011, elle a géré « 48 voyages aller et retour pour 340 vacanciers des centres gérés par APF Évasion (*) ». Enfin, « un travail est en cours pour la rénovation et la mise en accessibilité des WC pour les personnes en fauteuil roulant dans les TGV Est et Atlantique », nous a précisé la SNCF. « Pour les handicapés, très souvent c'est le train qui est la seule solution de la mobilité », indique Guillaume Pepy.


(*) APF : Association des paralysés de France.


Pétition : www.uneplacepourchacun.com/

 

Bruno Besson de la Nouvelle République

Lien permanent Catégories : Accessibilité, Handicapé, Transport 0 commentaire 0 commentaire Imprimer

Les commentaires sont fermés.