• Porteurs de maladies rares, des citoyens comme les autres

    Porteurs de maladies rares, des citoyens comme les autres
     
    Chaque année, la Journée internationale de maladies rares se déroule le dernier jour du mois de février.

    maladies raresTrop souvent, la maladie exclue. Le 28 février, journée internationale des maladies rares, réaffirme l’importance de la scolarité et de l’insertion professionnelle.

    Afin de développer le lien social, les réseaux sociaux s’imposent comme un outil essentiel.

     

    Le Forum maladies rares,

    initié par Maladies Rares Info Services, propose ainsi plus de 120 communautés en ligne permettant de témoigner, se soutenir et s’informer. 

     

    Pour sensibiliser dès le plus jeune âge, 

    l’Alliance Maladies Rares a fait diffuser dans des écoles primaires 4 000 exemplaires d’un numéro du Petit Quotidien consacré aux maladies rares.

     

    Pour lire la note entièrement de Johanna Amselem de Faire Face, veuillez cliquer ici

    Catégories : Handicapé, SANTE
  • Créé il y a 20 ans, un remède contre maladie du foie rarissime autorisé sur le marché européen

     

     

    Dans le domaine des maladies du foie, Orphacol, un médicament vient d'obtenir l'autorisation de mise sur le marché européen. C'est un médecin français qui l'a mis au point il y a vingt ans.

     
    Source  videos.tf1.fr/jt-we/2015
    Catégories : SANTE, VIDEO
  • Le SOS d'Altariva en difficulté financière (entreprise de travail adapté à Cahors)

    L'atelier de soudure électronique chez Altariva, sous l'œil du directeur Philippe Cabrié./Photo J.-L.G.

     
     L'atelier de soudure électronique chez Altariva, sous l'œil du directeur Philippe Cabrié.
    /Photo J.-L.G.

     

    L'entreprise Altariva subsiste à Cahors, mais les temps sont durs et l'activité tourne au ralenti.Les compétences des salariés handicapés de cette société implantée depuis 14 ans sont reconnues, mais pas assez sollicitées selon leur directeur. Il s'empresse de tirer la sonnette d'alarme.

     

    L'inquiétude, en raison d'un déficit financier récurrent et d'une activité en dents de scie, n'empêche pas les salariés de l'entreprise Altariva d'avoir le sourire et de cultiver un certain optimisme, à l'image de leur directeur Philippe Cabrié. Ce dernier se bat aux côtés de Louisette Kassar, déléguée du personnel, pour sortir la tête de l'eau et donner un nouvel élan à Altariva.

     

    Cette entreprise de travail adapté embauche 68 personnes à Cahors, près de Regourd. 64 d'entre elles ont la reconnaissance de travailleur handicapé.

     

    Un autre site d'Altariva, actif à Figeac, est en passe d'être repris par la société aveyronnaise STS.

     

    Altariva Cahors, créée en 2000, tente de résister à la crise. «Actuellement, l'assemblage et le montage de pièces électriques, le câblage, le tri et le conditionnement pour l'industrie cosmétique ou encore la soudure électronique constituent l'essentiel de notre activité», détaille le directeur du site.

     

    Pour lire la note entièrement de Jean-Luc Garcia  de ladepeche.fr, veuillez cliquer ici

    Catégories : Empoi, Handicapé